43

Alfred en balade à La Biennale Paris

La saison des foires d’art touche à sa fin. Alfred vous emmène avec lui en balade à la 32ème édition de La Biennale qui se déroulait au Grand Palais Éphémère du 26 novembre au 5 décembre 2021…

Judit REIGL, Écriture en masse, Galerie Bérès.

A+A COOREN, Ensemble de mobiliers « Dans un nuage de pixels », Mobilier National.

Stefan TCHEREPNIN, Shadow monster, La Biennale de Genève.

Pierre SOULAGES, Peinture 324 x 181, Opera Gallery.

Jean-Charles Nicaise PERRIN, Hector dans le palais d’Hélène, reprochant à Paris sa lâcheté, Galerie Éric COATALEM.

Créée en 1962 à l’initiative du Syndicat National des Antiquaires (SNA), la Biennale Paris s’est imposée comme l’un des événements artistiques le plus prestigieux au monde grâce aux grands noms du marché de l’art qui y exposent leurs plus belles pièces. La Biennale présente des œuvres de qualité muséale couvrant plus de 6.000 ans d’art et toutes les disciplines artistiques.

Au programme, plus d’une soixante de galeries françaises et internationales avaient fait le déplacement et exposaient leurs plus belles pièces d’antiquité, d’art moderne et contemporain dans des stands feutrés et élégants. Les amateurs et collectionneurs pouvaient également admirer du mobilier design ou s’émerveiller dans les somptueux stands de joaillerie et d’horlogerie. La sculpture était mise à l’honneur par cette édition qui proposait un « parcours sculpture » pensé comme une promenade dans les allées du Grand Palais Ephémère.

Cette édition n’a pas eu le succès escompté de la part des exposants et des collectionneurs qui lui ont reproché un nombre limité d’exposants (deux fois moins que les éditions passées), une programmation peut-être trop hétéroclite et une gamme de prix très large (de 1.000€ à 3.000.000€ ). Toutefois, cette édition présentait des nouveautés intéressantes: les organisateurs de la foire ont souhaité rendre l’art accessible à un plus grand nombre et ont mis en place un service destiné aux visiteurs et dédié aux expertises des œuvres d’art présentées. Ainsi, des experts indépendants présents lors de l’événement ont pu faire bénéficier de leur connaissance du marché et accompagner les collectionneurs lors de l’achat d’œuvres d’art durant le salon. Aussi, certaines galeries proposaient des gammes de prix différentes pour s’adapter à tous les budgets.

Alfred vous propose sa sélection coup de cœur: Judit REIGL, (1923-2020), Écriture en masse, 1965, huile sur toile, au dos, signée et datée « J. REIGL 1965 », 232 x 208 cm, Galerie Bérès, Paris.

Coup de cœur pour le stand du Mobilier National qui présentait « Dans un nuage de pixels »,  un ensemble de mobilier imaginé par Miguel CHEVALIER et les designers Aki et Arnaud COOREN: A+A COOREN, Ensemble de mobiliers « Dans un nuage de pixels » (canapé, fauteuils, table basse, tapis de la Savonnerie).

Preuve que La Biennale essaie de diversifier son offre, une sculpture contemporaine de l’artiste Stefan TCHEREPNIN sur le stand de La Biennale de Genève: Stefan TCHEREPNIN, Shadow monster, 2016, fausse fourrure, cuir et bois, 260 x 210 x 80 cm, Sculpture garden, La Biennale de Genève.

Opera Gallery proposait une très belle programmation avec des grands noms de l’art moderne et contemporain, notamment plusieurs toiles de Pierre SOULAGES dont l’imposante Peinture 324 x 181, 12 février 2005, acrylique sur toile, signé, titré et daté « Soulages, Peinture 324 x 181, 12 février 2005, » au dos en haut à droite, 324 x 181 cm.

À l’entrée de La Biennale, le stand partagé par les galeries Perrin, Éric COATALEM et Sarti présentaient de magnifiques tableaux de l’époque moderne: Jean-Charles Nicaise PERRIN, Hector dans le palais d’Hélène, reprochant à Paris sa lâcheté, huile sur toile, 129 x 162 cm, signé à gauche ICN PERRIN, Galerie Éric COATALEM.

Alfred en balade à La Biennale.